Excite

Les Français achètent une résidence secondaire à l'étranger

Le marché immobilier français est assez difficile, mais celui de l’international se porte parfois très bien. Ainsi, les investisseurs ont tendance à acquérir une résidence secondaire à l’étranger et notamment aux États-Unis. Les impositions sur les plus-values sont également plus intéressantes dans des pays comme l’Italie, la Belgique ou encore l’Espagne.

Pour acquérir une résidence secondaire, certains Français font le choix de s’expatrier. Ils n’achètent donc pas sur le sol français alors que les prix sont parfois plus attractifs. La fiscalité en dehors de la France peut s’avérer plus attractive. Des investisseurs ont donc tendance à préférer le Maroc, car l’impôt sur la fortune est inexistant et l’imposition des revenus fonciers est très faible.

Les impôts locaux sont également très bas en Hongrie et l’imposition sur les plus-values s’avère intéressante en Espagne, en Belgique ainsi qu’en Italie. La résidence secondaire à l’étranger coûte donc moins cher. Les États-Unis sont également très prisés par les investisseurs. Ces derniers se tournent vers l’Amérique, car la fiscalité est favorable.

Toutefois, aux États-Unis, le bien acquis peut être loué occasionnellement et la rentabilité est donc très intéressante. Généralement, les Français ont tendance à acheter des résidences secondaires à New York ou encore à Miami. Par exemple, un appartement acheté près de 363 000 euros peut bénéficier d’une location de 3 000 euros le m².

La rentabilité es tdonc rapide et une information importante est à prendre en compte. En effet, le propriétaire ne sera pas contraint de déclarer cette acquisition en France si certaines conditions sont respectées.

Faut-il déclarer ce bien immobilier ?

Si vous possédez une résidence secondaire à l’étranger, vous n’êtes pas contraint de la déclarer en France. Il faut toutefois respecter certaines conditions établies par le gouvernement français. Pour ne pas déclarer cet investissement, vous ne devez pas être passible de l’ISF (Impôt de Solidarité sur la Fortune). Le pays où l’acquisition a été réalisée a dû signer une convention fiscale avec la France, elle écarte ainsi l’imposition.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2016